Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 
Share

 

Kitâb Al-Fawâ’id Par l’imam Ibn Al-Qayyim Al-Jawziyyah part-2

Demander de la meilleure façon

 

En disant : « Craignez Allah et soyez modérés dans la recherche des biens de ce bas monde  »[1], Le prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a réuni les bienfaits de ce monde et de l’au delà. Les plaisirs et les délices de l’au delà ne peuvent être atteints que par la crainte d’Allah.

Quant au repos du cœur et du corps, qui passe par le délaissement des soucis, de l’avidité, de la fatigue, de la difficulté, de la peine et de la souffrance dans la recherche des biens de ce bas monde, il ne peut être atteint qu’en étant modéré dans cette recherche.

Celui qui craint Allah ta’ala réussira en obtenant les plaisirs et délices de l’au delà, et celui qui modère sa recherche des biens de ce bas monde trouvera le repos face à ses peines et ses soucis. Et c’est auprès d’Allah que nous recherchons l’aide.

Ce bas monde s’est dit à lui même : « S’il y avait parmi les créatures quelqu’un qui m’entendait, il saurait combien de personnes confiantes en la vie, j’ai fait périr, et combien de biens amassés j’ai fait disparaître. »

 

Les types de savants et d’étudiants

 

La plus haute ambition réside dans la recherche de la science du Coran et de la Sunna, dans le fait de comprendre exactement ce qu’Allah ta’ala et Son Messager sallallahu ‘alayhi wa sallam ont voulu exprimer par leurs propos, ainsi que le fait de connaître les règles délimitées par la révélation. En contrepartie, la plus vile ambition de l’étudiant est de se limiter à l’étude des questions marginales, qui ne se sont jamais produites et qui n’arrivent même jamais. Ou encore, que son ambition soit de connaître les divergences et d’étudier les avis des gens, sans pour autant vouloir connaître le plus correct de ces avis. Et il est rare que ce type d’étudiant tire un quelconque profit de sa science.

La plus haute ambition en ce qui concerne la volonté est que cette ambition soit liée à l’amour d’Allah et au fait de constamment rester dans le cadre de Sa volonté religieuse et légale. En revanche, la plus vile des ambitions est celle qui se limite à ce que le serviteur attend d’Allah ta’ala. Il ne l’adore donc que parce qu’il attend quelque chose d’Allah et non selon ce qu’Allah attend de lui. Ainsi, le premier recherche Allah ta’ala et Sa volonté et le deuxième cherche à obtenir des choses venant d’Allah sans pour autant considérer Sa volonté.

Les savants du mal se sont assis aux portes du paradis. Ils y invitent les gens par leurs paroles mais les invitent à l’enfer par leurs actes. Chaque fois que leurs paroles disent aux gens : « Venez ! ». Leurs actes leur disent : « Ne les écoutez pas! ». Si c’à quoi ils appellent était la vérité, ils seraient les premiers à y répondre ! Ainsi, ils sont en apparence des guides, mais en réalité ce sont des bandits de grand chemin.

Si Allah est tout ce que tu cherches et désires, alors tout le bien te suivra et se rapprochera de toi, quel que soit le type de bien par lequel tu débuteras. Mais si tout ce que tu cherches est ce que tu peux obtenir d’Allah, tu seras privé de biens matériels, car les biens matériels sont sans Sa main, en dépendent, et sont la conséquence de Ses actes. Si malgré tout un bien matériel te parvient, ce n’est que par voie de conséquence. Mais cette causalité, se vérifie pas dans l’autres sens, à savoir que si les biens matériels sont ton seul but, tu ne pourras atteindre la satisfaction d’Allah par voie de conséquence. Si donc tu as connu Allah et t’ai délecté de Sa compagnie pour ensuite tomber dans la recherche des biens matériels, Allah t’en privera pour te châtier. Ainsi tu auras perdu la proximité d’Allah mais aussi les biens matériels que tu recherches.

Réflexions profondes

 

$1      toi qui es trompé par l’espoir ! Satan a été maudit et a chuté de son rang honorifique pour avoir délaissé une seule prosternation qu’on lui demandait d’accomplir. Adam a été exclu du paradis pour une seule bouchée. Le meurtrier a été privé du paradis après l’avoir vu de ses propres yeux car ses mains étaient couvertes de sang. On a ordonné de tuer l’homme adultère de la plus horrible des manières pour avoir pénétrer de la profondeur d’une phalange ce qui lui était interdit. On a ordonné de flageller le dos de la personne qui profère une seule calomnie ou consomme une seule goutte d’alcool. Un de tes membres peut être coupé pour un vol d’une valeur de trois dirhams. Alors ne crois pas qu’Allah ta’ala ne peut t’emprisonner en enfer pour un seul péché commis.

$1      Une femme est entrée en enfer pour avoir laissé mourir une chatte.[2]

 

$1      Un homme peut prononcer une parole à laquelle il ne prête aucune importance mais qui le jette en enfer d’une distance plus grande que la distance séparant l’orient de l’occident[3].

$1      Un homme peut obéir à Allah ta’ala pendant soixante ans, puis lorsque vient la mort, il transgresse les lois d’Allah dans son testament. Ainsi ses œuvres se concluent par un mal qui le fait entrer en enfer[4].

$1      La vie ne vaut que par sa conclusion et les actes par leur fin[5].

$1      Celui qui perd ses ablutions avant le salut final annule ce qui a précédé de la prière. Celui qui mange avant le coucher du soleil perd complètement son jeûne. Et celui qui œuvre mal à la fin de sa vie rencontre son Seigneur dans cet état.

$1      Si tu donnes une bouchée de nourriture en aumône, tu la retrouveras dans l’au delà, mais c’est l’avidité qui te nuit.

$1      Combien de fois la récompense divine est venue à toi et s’est postée devant ta porte ! Mais elle a été repoussée par ton gardien nommé  « plus tard », « peut être », « nous verrons ».

$1      Comment réussir avec une foi insuffisante , un espoir démesuré en ce bas monde , une maladie du cœur pour laquelle il n’y a ni médecin ni visiteur , des passions éveillées , une raison assoupie , perdue dans sa confusion , indécise dans son ivresse , plongeant dans les profondeurs de son ignorance , mal à l’aise avec son Seigneur , épanouie avec Ses créatures . Parler des gens est son fruit et sa subsistance, et évoquer Allah est sa prison et sa mort. Il n’accorde à Allah ta’ala qu’une part infime de ses actes apparents, alors que son cœur et sa certitude vont à d’autres.

Que périsse celui dans le cœur duquel il reste une place pour autre que Toi. Et dont les vauriens profitent pour l’occuper.

Indications dans l’histoire d’Adam

 

Le monothéisme d’Adam étant resté intact, le péché qu’il commit n’eut pas d’influence sur sa servitude. Allah ta’ala dit :

« O fils d’Adam ! Si tu Me rencontre en ayant commis autant de péchés que la terre puisse en contenir, mais que tu Me rencontre en ne M’ayant rien associé, Je te rencontrerais avec autant de pardon. »[6].

Lorsque le Maître vit que le péché de Son serviteur ne visait pas à s’opposer à Lui sciemment ou à dénigrer Sa sagesse, Il lui apprit comment s’excuser auprès de Lui :

« Puis Adam reçut de son seigneur des paroles, et Allah agréa son repentir car Il est celui qui accueille le repentir, le Miséricordieux. »

(Sourate Al Baqarah verset 37).

En désobéissant à son Maître, le serviteur ne cherche pas à s’opposer à Lui ni à s’enhardir face à Ses interdits. Mais il est dominé par sa nature, l’embellissement de l’âme, Satan, et les passions. Il est trompé par la confiance en l’indulgence d’Allah et l’espoir en Son pardon. Ceci, du côté du serviteur.

Du côté du seigneur, le péché montre l’accomplissement de la prédestination, la puissance de la Seigneurie, l’humiliation de la servitude, et le besoin complet du serviteur vis à vis de son Seigneur. C’est également la concrétisation du sens des Noms Magnifiques d’Allah comme l’Indulgent, le Pardonneur , Celui qui accepte le repentir par excellence , et le Clément pour quiconque revient vers Lui repentant et pénitent . Il est également Celui qui se venge, le Juste, le Détenteur de la force suprême contre celui qui persiste et s’obstine dans le péché. Allah ta’ala veut montrer à Son serviteur qu’Il détient Seul la perfection, et que le serviteur est imparfait et éprouve un grand besoin vis à vis de Lui. Il lui montre la perfection de Son Pouvoir, Sa Puissance, Son Pardon, Son indulgence, Sa Miséricorde, Sa Bonté, Sa protection, Sa mansuétude, Sa tolérance et Sa clémence. Il lui montre que Sa Miséricorde envers lui n’est que bonté et qu’Il n’attend aucune compensation, et que s’Il ne l’enveloppe pas de Sa miséricorde et Sa grâce, il sera nécessairement voué à la perdition.

Par Allah ! Combien sont nombreuses les sagesses dans la prédestination du péché ! Et combien de bienfaits et de miséricorde le péché amène t’il s’il est suivi du repentir ! Se repentir d’un péché est comme l’absorption par le malade d’un remède, et il se peut qu’une maladie amène finalement la santé.

Ta réprimande peut avoir une bonne issue. Tout comme les corps peuvent atteindre la santé par la maladie.

Si le péché n’avait pas été prédestiné, le fils d’Adam aurait péri de suffisance. Un péché par lequel le serviteur s’humilie est plus aimé d’Allah qu’un acte d’obéissance par lequel il s’enorgueillit.

La bougie de la victoire ne se consume que dans le bougeoir de l’humilité.

Sagesses diverses

 

$1      Eloigne-toi de celui qui prend comme ennemis les gens du Coran et de la Sunna afin que tu ne sois pas touché par sa perdition.

$1      Méfie toi de deux ennemis qui ont mené à la perdition la plupart des créatures : Celui qui obstrue le sentier d’Allah par ses ambiguïtés et ses belles paroles, et celui qui est  trompé par sa vie d’ici bas et son pouvoir.

 

$1      Celui en qui on a créé une force et une disposition à accomplir une chose trouvera son plaisir dans l’utilisation de cette force.

Ainsi celui en qui on a créé une force et une disposition à l’acte sexuel, trouvera son plaisir en l’utilisation de sa force en cela.

Celui en qui on a créé la force de la colère et de la fougue trouvera son plaisir dans l’utilisation de sa force colérique en ce qui s’y rapporte.

Celui en qui on a créé la force du manger et du boire trouvera son plaisir dans l’utilisation de sa force en cela.

Celui en qui on a créé la force de la science et de la connaissance trouvera son plaisir dans l’utilisation de sa force dans la science.

Celui en qui on a créé la force de l’amour d’Allah , du retour vers Lui , de l’attachement du cœur vis à vis de Lui , du désir de Le rencontrer , de la recherche de Sa compagnie trouvera son plaisir et son bien être dans l’utilisation de sa force en cela .

Tous les plaisirs à l’exception de ce dernier sont insignifiants et voués à disparaitre, et la meilleure fin qu’on puisse en attendre est qu’ils ne soient ni un avantage ni un désavantage pour l’homme.

Leçons et sagesses

 

$1      Tu as éduqué ton chien qui délaisse son désir de dévorer ce qu’il a chassé, ceci par respect pour tes bienfaits et par peur de ton autorité. Et combien de fois, le législateur t’a t’il éduqué, et toi tu t’obstines à refuser.

$1      Le gibier chassé par le chien non dressé ou le gibier qu’il a tué de sa propre initiative n’est pas licite[7]. Alors que penser de l’ignorant qui n’œuvre que pour assouvir ses passions ?

 

$1      Allah ta’ala a réuni en toi la raison de l’ange, les désirs de l’animal, les passions de Satan, et ta situation est liée à ces trois choses : si tu domines tes désirs et tes passions, tu dépasses le degré de l’ange, mais si tes désirs et tes passions te dominent, tu t’abaisses plus bas que le chien.

 

$1      Lorsque le chien chasse pour son maître, ce qu’il saisit lui est licite, et lorsqu’il chasse de sa propre initiative, ce qu’il saisit lui est illicite.

$1      La source de ce que l’on peut trouver chez le serviteur comme bien ou mal, qualités louables ou blâmables, vient des attributs de Celui qui donne ou retient. Allah ta’ala dirige Ses serviteurs en fonction de ce qu’impliquent ces deux noms. Ce qui revient au serviteur dans la servitude relative à ces deux noms est qu’il remercie lorsqu’on lui donne et qu’il reconnaisse son besoin lorsqu’on le prive. Allah ta’ala donne afin que Son serviteur le remercie, et Il retient afin qu’il reconnaisse son besoin vis à vis de Lui. Ainsi il ne cesse d’être reconnaissant et indigent.

Sagesses tirées de Sa parole : « Le mécréant est l’allié des ennemis de son Seigneur »

 

Allah ta’ala dit :

« Le mécréant est l’allié des ennemis de son Seigneur »

(Sourate Al Furqân verset 55)

Ce verset compte parmi les propos les plus subtils du Coran et les plus nobles dans le sens.

Ainsi, le croyant est toujours du côté de son Seigneur contre lui même, ses passions, son démon et tout ennemi de son Seigneur. C’est pour cela qu’il est du parti d’Allah, de Son armée et de Ses alliés. Il est toujours du côté d’Allah contre ses ennemis intérieurs et extérieurs. Il les combat, les prend comme ennemis et suscite leur colère pour Allah ta’ala. Ceci est en tous points comparables aux proches du roi qui sont toujours avec lui pour combattre ses ennemis. Quant à ceux qui sont loin du roi, ils délaissent ce combat et n’y prêtent pas attention.

Le mécréant lui est du côté de son démon, de sa personne et de ses passions contre son Seigneur.

Et les paroles des pieux prédécesseurs concernant l’exégèse de ce verset vont toutes dans le même sens.

Ibn Abî Hâtim rapporte d’après ‘Atâ’ ibn Dînar que Sa’îd ibn Jubayr -qu’Allah leur fasse Miséricorde- a dit : « Le mécréant soutient satan contre son Seigneur par l’animosité et le polythéisme. »

Al Layth rapporte que Mujâhid -qu’Allah leur fasse Miséricorde- a dit : « Il est du côté de satan dans la désobéissance à Allah ta’ala, et il l’aide en cela. »

Zayd ibn Aslam -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Il est de son côté et s’alliant à lui  » Le sens de cette parole est qu’il va s’allier à Ses ennemis dans la désobéissance et le polythéisme, ainsi il sera avec Son ennemi et l’aidera dans ce qui amène  la colère de son Seigneur.

La proximité spécifique du croyant vis à vis de son Seigneur et de sa Divinité, est pour ce mécréant pervers consacrée à Satan, sa personne, ses passions et les offrandes qu’il fait au diable. C’est pour cette raison que le verset débute par :

« Mais ils adorent en dehors d’Allah, ce qui ne leur est d’aucune utilité, ni ne leur nuit ! »

(Sourate Al Furqân verset 55).

Cette adoration qu’ils vouent est l’alliance, l’amour, l’agrément de ce qu’ils adorent et implique leur proximité spécifique. Ainsi, ils ont soutenu les ennemis d’Allah pour Le prendre comme ennemis, s’opposer à Lui et provoquer Sa colère. A la différence de l’allié d’Allah qui reste avec Lui contre sa personne, son démon et ses passions.

Ce sens fait partie des trésors du Coran pour qui le comprend et le médite. Et c’est Allah ta’ala qui accorde le succès.

 

A l’ombre de Sa parole  « Ils ne négligent pas les versets d’Allah comme s’ils étaient sourds ou aveugles »

 

Allah ta’ala dit :

« Ceux qui, lorsque les versets de leur Seigneur leur sont rappelés, ne les négligent pas comme s’ils étaient sourds et aveugles »

(Sourate Al Furqân verset 73).

Muqâtil -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Lorsqu’on les exhorte par le Coran, ils ne restent pas sourds comme s’ils ne l’entendaient pas, ou aveugles comme s’ils ne le voyaient pas, mais au contraire ils l’entendent, le voient et en ont une totale certitude. »

Ibn ‘Abbâs -qu’Allah l’agrée- a dit : « Ils ne sont pas sourds et aveugles devant les versets d’Allah, au contraire ils sont emplis de crainte et d’humilité. »

Al Kalbî[8]-qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « En les entendant, ils se mettent à voir et à entendre. »

Al Farrâ’ -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Lorsqu’on leur récite le Coran, ils ne restent pas sur leur état initial, comme s’ils ne l’avaient pas entendu, car c’est là la véritable négligence. J’ai entendu les arabes dire : « Il s’est mis à m’insulter assis » , qui est une expression semblable à la suivante :  « il s’est levé ou s’est retourné en m’insultant » , et le sens est ce qui a été dit : « Ils ne restent pas face aux versets d’Allah sourds et aveugles. » »

Az Zujâj -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Le sens de ce verset est que lorsqu’on leur récite le Coran, ils tombent prosternés en pleurs, écoutant et voyant ce qu’on leur a ordonné. »

ibn Qutaybah -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Ils ne sont pas insouciants face aux versets d’Allah comme s’ils étaient sourds et aveugles. »

Je dis : Il y a ici deux choses : concernant la négation du terme  « tomber en prosternation » : s’agit-il du cœur tombant en prosternation ou du corps ?

Et le sens est il qu’ils ne tombent pas prosternés comme des sourds et aveugles et ainsi leur cœur et leur corps tombent prosternés en communion ? Ou bien n’est il pas des tout questions de prosternation et seule est évoquée la station assise ?



[1] Hadith authentifié par al Albanî .Voir As Silsilah As Sahîhah 6/209.

[2] Rapporté par Al Bukhârî 2365 et Muslim 2242, ibn Umar rapporte que le messager sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit : « Une femme est entrée en enfer pour avoir affamé une chatte qu’elle avait séquestrée , à laquelle elle n’a pas donné à manger , et qu’elle n’a pas même laissé se nourrir des bestioles qui peuplent le sol. ».

[3] Allusion est faite au hadith rapporté par al Bukhârî 6477.

[4] Rapporté par At Tirmidhi , Abû Dawud 2862 et d’autres , mais ce hadith est Da’îf.

[5] Rapporté par Al Bukhârî 6493 et Muslim 116

[6] Rapporté par Muslim 2687.

[7]Voir à ce sujet les hadith 5476 et 5478 dans sahih al Boukhârî

[8]Eminent exégète et élève de ibn ‘Abbâs 66-146 H.

 

Share
facebook like box joomla
Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com