Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 
Share

L'étudiant en sciences religieuses et la société.

Q : Parmi les plus grands problèmes que vit l’étudiant en sciences religieuses, il y a le fait que la société se désintéresse de lui et de sa science ; il n’y trouve donc pas la place qu’il mérite parce que la société matérialiste ne juge aujourd’hui les individus que par rapport à la richesse matérielle, peut importe d’où elle provient... Quel est donc le remède à votre avis ?

R : Ce qui est dit dans la question est faux. La vérité est que les savants sont respectés pour leur savoir, et qu’ils occupent une place élevée dans toutes les sociétés. S’ils vont aux Etats Unis, en Angleterre, en France ou n’importe où, leur savoir leur assurera une place élevée parmi les minorités musulmanes et parmi ceux qu’ils guideront vers Allah avec science, parmi les polythéistes eux-mêmes, parce que s’ils prennent connaissance de l’islam à travers les preuves et le bon comportement des musulmans, ils se laisseront guider.

L’islam est en effet la religion de la saine nature humaine, la religion de la justice, du bon comportement, de la force, du dynamisme et de l’égalité, et c’est la religion de toutes les vertus.

L’étudiant qui avance avec science, connaît les preuves des textes, ainsi que les règles de l’islam et les applique, marche la tête haute où qu’il soit ; il est respecté où qu’il passe, surtout parmi les siens et les gens de sa région lorsqu’ils le connaissent pour sa science, son attention et sa sincérité, pas pour son empressement injustifiée. C’est au contraire un sage thérapeute, il guide vers Allah avec sagesse et savoir-faire. Il garde la tête haute, il est respecté partout, dans les villages, dans les tribus, etc.

C’est le cas si le savoir l’a éduqué, dans ses paroles et dans ses actes et s’il se tient à l’écart du comportement des pervers et des délinquants. Cette personne et ses semblables sont aimés par Allah et Ses esclaves vertueux tant qu’ils possèdent le savoir, agissent, donnent des conseils à leurs frères, tant qu’ils sont bienveillants envers eux et qu’il font tout leur possible pour leur être utile, par leurs connaissances, leur bon caractère, leurs biens, ou leur influence, comme l’on fait les prophètes et les gens vertueux.

Ainsi, dire que l’étudiant n’a pas sa place dans la société et que personne ne prête attention à lui est en grande partie faux et contraire à la réalité, comme nous venons de le montrer.

En effet, l’étudiant qui a une bonne compréhension de sa religion et qui conseille pour Allah et pour Ses serviteurs, garde la tête haute et est respecté où qu’il soit : dans l’avion, le train, en mer, sur terre… Partout, s’il agit sincèrement pour Allah, s’il répand le savoir et la prédication et se montre bon envers autrui avec douceur et des bonnes paroles, alors il peut se réjouir de l’annonce d’une fin heureuse dans l’au-delà, et les éloges de la société, ainsi qu’une énorme récompense de la part d’Allah, car Il dit :

« Et très certainement, Allah ne fait pas perdre la récompense des bienfaisants. »[1]

et aussi :

s011 v049

« Quant à ceux qui luttent pour Notre cause, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers. Allah est en vérité avec les bienfaisants. »[2]

et Il s’adresse à Son Prophète Muhammad, prière et salut d’Allah sur lui, en ces termes :

« Sois patient. La fin heureuse appartient aux pieux. »[3]

Bref, les versets à ce sujet sont nombreux.

Ensuite, s’il arrivait que certains prédicateurs (Du’ât) ne parviennent pas à leurs fins et soient, au contraire, maltraités et éprouvés, qu’ils prennent en exemple les prophètes qui ont subi atteintes et épreuves et que les gens ont humiliés et, pour certains, tués. Il y a donc en eux un modèle pour l’étudiant en sciences religieuses.

Supposons qu’il ne jouisse pas de respect parmi les gens, et bien cela ne le dérange pas, car ce n’est pas pour cela qu’il a étudié, mais c’est pour sauver sa propre personne de l’ignorance et pour sortir les gens des ténèbres et les amener vers la lumière. S’ils acceptent et l’estiment, louange à Allah ! Sinon, il est sur la bonne voie, même s’ils le tuent ou l’humilient. Les prophètes sont des modèles ainsi que le dernier d’entre eux, Muhammad, prière et salut d’Allah sur lui. Il a été maltraité et expulsé de sa ville, La Mecque, vers Médine.

On peut donc annoncer au prédicateur véridique et sincère bienfaits, gloire, honneur et une fin heureuse, s’il emprunte le droit chemin et jouit d’excellentes mœurs, d’une conduite exemplaire, et s’il n’emploie ni violence, ni sévérité ; s’il ne s’occupe pas de ce qui ne le regarde pas, alors il est sur la bonne voie, comme ce fut le cas des prophètes et des envoyés et du dernier et meilleur d’entre eux, le guide des prédicateurs et des combattants, notre Prophète Muhammad, puis ceux qui les suivirent de la meilleure manière. C’est Allah Qui détient la réussite.

  • Fatwa du cheikh Ben Baz
  • Revue des Recherches Islamiques, n°47, pages 163 à 166.

Share
facebook like box joomla
Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com